contact top Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. rappel top rdv top
La centrale des SCPI : n°1 de la distribution de scpi en ligne
n°1 de la distribution de scpi en ligne
telephone
Ici, toutes les SCPI du marché !
Souscrivez en ligne
fleche2

L’assurance-vie, avant tout par son nom est un placement qui rassure. En effet, les termes qui la définissent dégagent une vraie fiabilité et un choix d’investissement quasi inébranlable. Pour autant, les investisseurs sont-ils pertinemment conscients de ce qui compose une assurance-vie ? Mais plus concrètement encore, n’existe-t-il pas des placements d’épargne plus avantageux en termes de rendement ? Comparons le choix de l’investissement en SCPI et en assurance vie.

L’assurance-vie, un investissement pas si rentable

Premièrement, pas besoin de se créer un dilemme cornélien. Il n’est pas question de faire un placement plutôt qu’un autre, mais d’avant tout déterminer la juste mesure entre les deux alternatives. En effet, il est absurde de placer toute son épargne sur une assurance-vie, et ce pour une raison évidente : l’investissement en SCPI est un placement bien plus rentable. Les contrats d’assurance-vie annoncent des rendements à moins de 3 %. Les fonds en euros des contrats d’assurance-vie n’ont pas apporté un rendement de 5,2 % en 2014 comme annoncé par les assureurs, mais 1,59 % net. Cumulé sur du long terme, c’est très faible ! Par exemple, l’épargne de l’investisseur n’a pris que 24 % en l’espace de quinze ans au lieu de 78 % si le rendement avait été effectivement à 5,2%. C'est une première différence entre l'investissement en SCPI et en assurance vie.

Les frais sont plus importants que l’on ne l’imagine. Par exemple, tous les versements ne sont pas décomptés dans les taux de rentabilité des fonds euros. Concernant les contrats en unités de compte, l’épargnant peut se voir retirer jusqu’à quatre commissions différentes… En parallèle, pas loin de la moitié des Français affirme qu’ils ne seront pas en mesure de vivre correctement à leur retraite, s’ils évaluent ce qu’ils percevront passés les 65 ans. Dès lors, pourquoi dédier la majeure partie de son épargne sur des contrats d’assurance-vie ?

Bien que les fonds euros soient un des placements préférés des Français, n’oublions pas qu’ils sont globalement constitués de titres de créances publiques, à savoir des obligations d’État et d’entreprises. Rappelons tout de même qu’il est compliqué de connaître dans le détail la composition exacte de ces fonds. En revanche, les SCPI sont des grands parcs immobiliers loués à de très grandes enseignes, groupes, écoles, hôtels, ou ministères à des taux d’occupation avoisinant les 95 %. C’est un placement qui existe depuis près d’un demi-siècle et qui a passé toutes les crises sans que son rendement ne soit atteint. Les entreprises ont toutes besoin de bureaux, de locaux variés et de sièges sociaux, investir en SCPI, Contrairement à l'assurance vie, permet donc d’assurer un revenu régulier et important.

Pourquoi investir en SCPI plutôt que dans une assurance-vie ?

Investir en SCPI, c'est aussi une démarche qui s'effectue en contractant un prêt immobilier. Il s'agit de lever des fonds (en profitant d'ailleurs des taux historiquement bas), pour se constituer un patrimoine et bénéficier des loyers perçus trimestriellement. Ce dernier avantage permet de dégager un effort d'épargne largement supportable puisque le rendement de l'investissement est très élevé. L'assurance-vie est un placement d'épargne qui ne peut s'effectuer qu'au comptant : l'investisseur ne peut pas profiter de sa capacité à s'endetter pour lever des fonds pour toucher des revenus complémentaires.

Contrairement à la SCPI, l’assurance-vie est un investissement de long terme et qui offre des avantages au niveau de la fiscalité mais aussi au moment de la succession. Ce sont des facteurs déterminants dont les sociétés civiles de placement immobilier sont aussi dotées. Les rendements des SCPI sont néanmoins bien plus avantageux. En moyenne, elles ont fonctionné à plus de 5,08 % en 2014. Et ici, c’est bien du net ! À savoir du net de charges, net de frais d’assurance et surtout net de frais de gestion.

Au moment de la souscription, tout est inclus dans le prix de la part : il n’y a rien à rajouter puisque c’est la société de gestion qui prend en charge l’ensemble des frais. Voici comment cela fonctionne : l’investisseur, proportionnellement à son investissement perçoit des dividendes trimestriels que l’on assimile à des revenus fonciers. La société de gestion perçoit des loyers des locataires, à savoir des grandes enseignes (des géants de la grandes distribution, de l’énergie ou de la santé en passant par les bâtiments dédiés au tourisme ou aux universités) qui occupent parfois à plusieurs les biens gérés par la société. De plus, ces sociétés de gestion gardent des réserves pour assurer de très bonnes rentabilités.

Ainsi, quand bien même il ne faut pas raisonner de façon binaire, il faut attribuer une partie cohérente de son épargne à des placements fructueux. En l’occurrence, les SCPI apparaissent comme des solutions efficaces pour se constituer des revenus complémentaires, qui s’ajoutent, à terme, à sa pension de retraite. Il n’est donc pas question de choisir d’investir en SCPI ou en assurance vie mais bien de trouver le meilleur compromis pour préparer sa retraite efficacement.

Partager ce lien