Actualités des SCPI

Le monde de la finance évolue chaque jour, chaque semaine, chaque mois. Il est influencé par de nombreux paramètres extérieurs. Pour suivre les actualités des SCPI quasiment en temps réel, vous pouvez consulter nos différents articles.

Les professionnels de la Centrale des SCPI traitent, sous forme de questions-réponses, toutes les actualités des SCPI. Réforme du régime des retraites, Brexit, pandémie du Coronavirus… tous les points marquants pouvant, ou non, impacter les résultats des SCPI, positivement ou négativement, sont abordés ici.

Brexit

Le Brexit n'a pas augmenté le risque sur le marché des SCPI, au contraire car il a conduit certaines entreprises à migrer leurs activités sur la région parisienne.

Contrairement aux idées reçues, le Brexit a eu un impact positif sur les SCPI . Fin 2019, le taux de vacance locative de l'immobilier de bureau est tombé à des niveaux historiquement bas accompagné d'une hausse des loyers.

L'essentiel des SCPI sont investies en France et en Europe, zones qui ont bénéficié du transfert important d'effectifs de grandes entreprises dans les pôles économiques comme Paris ou Francfort.

Le Brexit a ouvert de nombreuses opportunités aux SCPI grâce au déplacement du personnel d'entreprises internationales vers la France et d'autres pays de la zone Euro. Ce transfert a conduit à une hausse des loyers dans les pays d'accueil et à une baisse des prix de l'immobilier au Royaume-Uni dont entend profiter la SCPI Corum XL avec des acquisitions régulières dans cette zone.

Le Brexit a eu un impact positif sur les SCPI grâce à la relocalisation de grandes entreprises sur Paris et d'autres capitales européennes. En effet, la forte demande locative a permis d'augmenter le taux d'occupation des immeubles ainsi que les loyers. Toutefois, les SCPI sont des placements sur du long terme et les conséquences (positives ou négatives) des évenements ponctuels tels que le Brexit seront lissés progressivement.

Catastrophes naturelles

Les SCPI ont pour obligation de souscrire une police d'assurance garantissant leur patrimoine immobilier contre de nombreux risques y compris le risque de catastrophe naturelle ce qui les protègent d'une éventuelle faillite.

Une catastrophe naturelle peut nuire à une entreprise selon le secteur d'activité dans lequel elle évolue contrairement aux SCPI grâce à leur forte diversification en termes de locataires et aux polices d'assurances qui les couvrent.

La performance des SCPI ne peut pas être impactée par une catastrophe naturelle car des assurances couvrent leur patrimoine immobilier.

Coronavirus

Les SCPI louent des immeubles à des grandes entreprises qui ont besoin d'immobilier pour continuer à fonctionner. A ce titre, les SCPI continueront à verser des loyers et en cas de difficultés passagères, elles pourront puiser dans leurs réserves constituées au fil des années passées afin de sécuriser le rendement versés aux associés.

La Centrale des SCPI poursuit ses activités et assure la continuité de son service en respectant les consignes du gouvernement. Toute l’équipe commerciale ainsi que le Back Office sont en télétravail et profitent d'outils de conseil et de souscription à distance.

Les réserves constituées par les SCPI sont mesurées par le Report à Nouveau qui se traduit en nombre de jours de dividendes. Parmi les SCPI les mieux dotées, nous pouvons citer Rivoli Avenir Patrimoine avec 187 jours et Epargne Foncière avec 137 jours.

Les SCPI ont pour objectif de verser des revenus stables et réguliers. Pour cela, une partie des loyers perçus par la SCPI est dotée au report à nouveau qui permet de faire face aux aléas locatifs. Ce report à nouveau est l'arme des SCPI contre la crise conjoncturelle du coronavirus car il permettra de sécuriser et de lisser le rendement versé aux associés.

Le capital investi en SCPI est placé dans des immeubles et par conséquent, il ne peut être perdu y compris à cause du coronavirus. Sa valeur peut fluctuer en continuant toutefois à verser des loyers. Investir sur le long terme permet de sécuriser son capital et de bénéficier de revenus stables et réguliers.

En temps de crise, il est fortement conseillé de privilégier les valeurs refuges telle que l'immobilier. Les SCPI permettent d'investir dans un portefeuille diversifié d'immeubles déjà loués à des grandes entreprises situés des zones économiques dynamiques. De plus, il existe des SCPI spécialisées dans des thématiques défensives telles que la santé et le e-commerce permettant de sécuriser au maximum votre épargne dans ce contexte de crise.

L'or est un métal précieux considéré comme une valeur refuge pendant les crises tout comme l'immobilier. Cependant, l'or a perdu près de 15% entre son plus haut et son plus bas de mars 2020 et ne génère par de rendement pour ses détenteurs. A ce titre, il est préconisé de sécuriser son capital dans l'immobilier qui répond à un besoin primaire. Il ne s'agit pas d'un actif spéculatif qui suréagit aux crises conjoncturelles mais qui se valorise sur le long terme tout en distribuant des loyers réguliers.

Les SCPI sont exclusivement composées d'immobilier qui est une valeur refuge en cas de crise grâce aux revenus réguliers qu'elles procurent.

Dans un contexte de crise, il faut investir dans les SCPI aux thématiques porteuses et résilientes telles que Pierval Santé avec le vieillissement de la population et la recherche, Activimmo avec le e-commerce, et Epargne Foncière avec l'immobilier parisien et le Grand Paris.

Les thématiques les plus défensives adoptées par les SCPI sont la santé avec Pierval Santé, le e-commerce avec Activimmo et le Grand Paris avec Epargne Foncière. Ces trois thématiques sont déjà rentables aujourd'hui et présentent à long terme un fort potentiel d'appréciation.

Investir en SCPI, c'est louer un patrimoine immobilier à des locataires institutionnels de qualité avec un risque de faillite proche de zéro contrairement à un investissement locatif traditionnel où le risque pèse sur un particulier. A titre d'exemple, la SCPI Primopierre est propriétaire d'un ensemble immobilier loué à la SNCF et au Ministère de l'Intérieur.

Les SCPI achètent des biens immobiliers tertiaires loués à des entreprises avec des baux fermes non résiliables sur des durées comprises entre 9 et 25 ans. Ces baux fermes permettent de sécuriser le rendement en cas de crise et apportent de la visibilité sur le long terme.

Le e-commerce est une thématique porteuse particulièrement défensive et qui profite du contexte de confinement engendré par le coronavirus. En l'espèce, la SCPI Activimmo est spécialisée dans la logistique urbaine du dernier kilomètre. Il s'agit d'une classe d'actif qui répond aux nouveaux modes de consommation et qui tourne à plein régime y compris en période de crise.

La Centrale des SCPI assure une continuité de service grâce à la souscription en ligne. Dans ce contexte, il est fortement recommandé de déplacer vos actifs financiers vers les SCPI de rendement qui assurent un revenu régulier malgré la crise du covid19.

L'atout majeur des SCPI face au risque d'impayé est la mutualisation locative. En effet, contrairement à un investissement locatif traditionnel où le risque pèse sur un seul locataire, les SCPI sont à la tête d'un patrimoine immobilier loué à des centaines d'entreprises qui oeuvrent dans différents secteurs d'activité. Cela permet de ne dépendre d'aucun locataire et de diluer le risque d'impayé.

Il est impératif de respecter ces 3 règles d'or pour investir en SCPI y compris en cas de crise : sélectionner des thématiques résilientes comme la santé et le e-commerce, répartir son investissement sur un portefeuille multi-SCPI et s'inscrire sur le long terme pour bénéficier des revalorisations de l'immobilier.

Les SCPI ont pour objet la distribution d'un revenu stable et régulier. A cet effet, les SCPI affectent chaque année une partie des loyers au report à nouveau en cas d'imprévu. Cette bonne gestion permet aux SCPI d'offrir un rendement supérieur à 4% depuis 30 ans.

Pour sécuriser la valeur de ses parts de SCPI en cas de crise, il est primordial d'investir sur le long terme soit 10 ans au minimum. Un épargnant ayant investi fin 2007 a vu progresser la valeur de ses SCPI de 12% malgré la crise de 2008 tout en percevant un rendement annuel supérieur à 4,5% sur la période.

Les locataires des SCPI ne sont pas des PME mais des grandes entreprises nationales et internationales qui disposent d'une trésorerie solide pour faire face aux périodes de ralentissement. De plus, les SCPI constituent des réserves qu'elles affectent au report à nouveau afin de palier aux éventuels retards de paiement ou travaux de remises en état.

Les SCPI sont fortes de plusieurs atouts afin de sécuriser leur rendement : des baux fermes sur le long terme, des locataires solides et des réserves de trésorerie constituées au fil des années pour palier aux périodes de crise.

En cas de crise, les épargnants cèdent en priorité les actions qui sont les actifs les plus risqués ce qui engendre une baisse importante de leurs cours. Les SCPI sont investies à 100% sur de l'immobilier, une valeur refuge qui résiste aux crises avec une baisse de seulement 5,38% en 2008 contre plus de 40% pour le marché action français. En parallèle, les SCPI ont distribué 5,84% de rendement ce qui porte la performance globale des SCPI à +0,46% en 2008.

Les SCPI offrent une liquidité satisfaisante hors crise avec 2 vendeurs pour 100 acheteurs et un délai de revente moyen de 3 semaines. En cas de crise, les SCPI peuvent puiser dans une réserve de liquidités qui peut représenter jusqu'à 10% de leur actif afin de satisfaire les demandes de retrait.

Le coronavirus ne constitue pas une menace pour les SCPI car l'immobilier est indispensable pour le bon fonctionnement des entreprises.

Le coronavirus n'est qu'un phénomène conjoncturel qui ne remet pas en cause la santé des SCPI. Pendant que la bourse connait une période de baisse, les SCPI continuent de délivrer des rendements autour de 5% et de revaloriser le prix de leurs parts.

Le rendement des parts de SCPI est sécurisé sur le long terme grâce aux baux fermes de l'immobilier tertiaire.

La valeur des parts de SCPI n'est pas cotée en bourse et dépend exclusivement de l'évolution de l'immobilier. Cette classe d'actif est très bien orientée avec des loyers en hausse et des taux de vacance locative historiquement bas.

Coronavirus Résistante

Parmi les SCPI coronavirus résistantes, nous pouvons citer les SCPI santé dont les investissements sont décorrélés de l'économie marchande et les SCPI alimentaires dont les locataires répondent à des besoins essentiels de la population.

Une SCPI covidproof ou coronavirus résistante est une SCPI qui adopte une stratégie défensive lui permettant de préserver son rendement et sa valorisation dans un contexte de crise.

Grand Paris

L'Ile de France est aujourd'hui le plus important marché de bureaux en Europe et le troisième plus grand au niveau mondial. La construction de bureaux et l'élargissement du réseau de métro vont permettre à Paris de se hisser au rang de métropole mondiale ce qui présage de belles opportunités de revalorisation.

La région parisienne est le berceau de l'innovation français et par conséquent, ses travailleurs adoptent des méthodes de travail modernes. Les SCPI du Grand Paris s'adaptent à cette tendance en achetant des actifs immobiliers aménagés pour le co-working, le flex office ainsi que le nomadisme.

Il existe des SCPI dédiées au Grand Paris pour profiter du plus dynamique des marchés immobiliers de France. C’est le cas par exemple de PF Grand Paris et LF Grand Paris Patrimoine.

Réforme des retraites

La réforme des retraites vise à rallonger l'âge pour disposer d'une pension à taux plein ce qui ne présage rien de bon pour les contribuables. Par conséquent, il est plus que jamais moment d'investir en SCPI pour compléter vos revenus.

Investir en SCPI est recommandé pour tous les contribuables car la retraite et baisse de revenus vont de pair. Il est d'autant plus recommandé d'investir en SCPI suite à la réforme des retraites car elle vise à allonger l'âge de départ pour bénéficier du taux plein.

Les SCPI ont battu des records de collecte en 2019 et elles connaissent une accélération depuis l'annonce de la réforme des retraites. Cet afflux de liquidités va permettre aux SCPI de mieux diversifier leurs actif tout en respectant leurs objectifs de rendements.

Télétravail

Le télétravail ne rend pas l'investissement en SCPI plus risqué. Le retour à des bureaux individuels cloisonnés pourrait même créer une pénurie de surface ce qui renforcerait la valorisation de l'immobilier de bureaux.

Le télétravail n'est qu'à ce jour une solution de repli pour enrayer la propagation du coronavirus. Il est donc trop tôt pour en constater les effets et les taux de vacances locatives en immobilier de bureaux sont toujours au plus bas historique, sous les 2% à Paris et sous les 5% en Ile de France.

Les SCPI ont déjà accompagné l'avènement du coworking et des open space au début des années 2000 et continuent de faire preuve d'agilité face aux grandes mutations sociétales dont le télétravail.

La SCPI est un produit d'épargne évolutif qui accompagne les grands changements de notre société depuis 60 ans. S'il été largement utilisé pendant le confinement, rien ne nous dit que le télétravail s'installera de manière durable. D'ailleurs, il a été avorté de nombreuses fois à l'image de Yahoo qui a décidé de l'abolir en 2013 suite à une baisse de sa productivité, un comble pour un géant du web.